CABINET STEIN

AVOCATS PÉNALISTES


AVOCATS PÉNALISTES
JOIGNABLES 7J/7 - 24H/24
01 45 00 09 08




CABINET STEIN


Avocats à la Cour
26 avenue Kléber
75116 PARIS

Tél :
01 45 00 09 08 

N° d'urgence : 
06 50 12 00 00

- Service téléphonique 7j/7 - 24h/24
- Prise de rendez-vous dans la journée
- Déplacement en garde à vue dans un délai de 2h
- Déplacement au Palais de Justice en urgence


Suivez-nous sur Facebook!
 

"Si l’on me demandait :
"Combien de temps êtes-vous resté à Fresnes ?”
Je répondrais sans réfléchir : "Un
mois”.
J’y suis resté huit jours.
Trente jours, en prison, cela doit
faire, dans le souvenir, entre cinq
et six mois.
Ceux qui y sont depuis quatre ans,
y sont au moins depuis vingt ans.
A leur sortie cela se verra."

Sacha Guitry, 60 jours de prison

La libération conditionnelle



La libération conditionnelle est une institution qui permet à l’administration pénitentiaire de libérer un condamné avant l’expiration de sa peine. Mais le condamné devra « bien se conduire » pendant le temps restant à courir jusqu’à la date normale d’expiration et même parfois jusqu’à une date ultérieure; la mauvaise conduite entraînant la révocation de la libération et la réincarcération du condamné.


L’octroi de la mesure de libération conditionnelle est laissé à l’appréciation et à la décision du juge de l’application des peines (article 730 du code de procédure pénale).


Pour être recevable à une demande de libération conditionnelle, le condamné doit avoir effectué une partie de sa peine et présenter des gages de réinsertion sociale et professionnelle (article 729 du code de procédure pénale).


Les peines accessoires et les peines complémentaires subsistent et l’interdiction de séjour, si elle avait été prononcée au moment du jugement de condamnation, commence à courir à partir de la libération (article 131-32 du code pénal).


Enfin, le condamné admis au bénéfice de la libération conditionnelle reste soumis à une épreuve pendant un délai qui varie suivant que la peine en cours d’exécution était temporaire ou perpétuelle.


Si la peine était temporaire, la durée de l’épreuve est égale à celle du temps de peine qui restait à subir au moment de la libération, et peut même l’excéder d’une année.

 

En revanche, la durée totale des mesures d’assistance et de contrôle ne peut excéder dix ans. Si la peine était perpétuelle, la durée de l’épreuve doit être comprise entre 5 et 10 ans (article 732 alinéa 3 du code de procédure pénale).